vendredi 13 janvier 2012

Aspartame - Danger!

L’aspartame (E 951) est un additif alimentaire destiné à remplacer le sucre blanc (raffiné) dans les produits alimentaires de grande consommation. Employé depuis les années 80, sa production s’est considérablement accrue lorsque la mode du « sans sucre » et de « l’allégé » a pris de l’ampleur. En effet, conscients des méfaits du sucre raffiné, de nombreux consommateurs ont exprimé le désir d’une  solution alternative ; les groupes industriels mondiaux se sont alors engouffrés dans la brèche afin d’emporter un enjeu financier colossal. 
L'aspartame se rencontre aujourd’hui dans la quasi-totalité des produits courants de l’industrie agro-alimentaire et cela ne poserait pas de problèmes si cet additif n’était pas un neurotoxique très puissant de la famille des excitotoxines. 
Un neurotoxique est un agent chimique neurologique exogène qui peut affecter de manière irréversible les fonctions de développement et de maintien du système nerveux ; en particulier, ces agents peuvent perturber et détruire les neurones, cellules clés qui transmettent les signaux du cerveau et d’autres parties du système nerveux. A titre d’exemples, dans la classe des neurotoxiques, comme en fait partie l’aspartame, on retrouve également des substances de la chimiothérapie (développée à partir du gaz moutarde de la grande guerre), ou encore des agents absorbés lors de l’exposition aux métaux lourds ou aux pesticides… Tout un programme. 
Et nul besoin de boire 100 litres de coca par jour pendant 10 ans pour être intoxiqué. Des doses même infinitésimales, insidieusement prises quotidiennement comme c’est le cas pour les produits alimentaires, suffisent à déclencher des réactions nocives puissantes dans l’organisme. Testé à petite dose sur des souris de laboratoire, l’aspartame a démontré qu’il détruisait les cellules de leur cerveau, allant jusqu’à produire des trous. 
Ainsi, chaque fois que vous mâchez un chewing-gum, que vous ajoutez une sucrette Canderel à votre café, que vous consommez un plat préparé acheté en supermarché ou que vous buvez un Coca Zéro (en pensant bien faire, puisqu’il ne contient pas de sucre raffiné), vous ingurgitez une dose non négligeable d’un agent neurotoxique dont les effets dangereux sur l’être humain ont été prouvés à maintes reprises depuis 30 ans. Et ces petites doses vont s’accumuler, petit à petit, dans votre organisme jusqu’au jour où les premiers symptômes vont apparaître.
Les composants de l’aspartame
L’aspartame est issu de l’industrie chimique, et il n’a rien d’un gentil composé alimentaire pour garder la ligne fine comme le marketing des groupes industriels voudrait vous persuader. Il a été découvert en 1965 par James Schlatter, un chimiste de la compagnie G.D Searle travaillant sur des produits anti-ulcères.

Sa composition est tout à fait 'sympathique' : 40% d’acide aspartique, 50% de phenylalanine et 10% de méthanol (l’alcool de bois, un poison) :

-          L’acide aspartique détruit certains neurones en augmentant l’influx du calcium dans les cellules ; cet afflux déclenche une production excessive de radicaux libres, qui tuent les cellules. On appelle l’aspartame (et le glutamate) des excitotoxines car elles stimulent les cellules jusqu’à leur mort.

-          Un exemple parmi de nombreux : le Dr Olney, professeur de psychiatrie à l’Université de Médecine de Washington, neurologue et l’une des autorités mondiales sur les excito-toxines, a informé la compagnie Searle dès 1971 de ses tests qui ont révélés que l’acide aspartique causait des trous dans les cerveaux des souris de son laboratoire.

-          La phenylalanine est un acide aminé normalement présent dans le cerveau. Associé à l’acide aspartique, les niveaux de phenylalanine atteignent des sommets et ne peuvent plus être métabolisés par l’organisme. Les zones les plus concernées sont l’hypothalamus, la medulla oblongata et le corpus striatum. Les pathologies impliquées peuvent concerner la schizophrénie.

-          Le méthanol est le produit des alcools frelatés qui rendait les consommateurs aveugles dans le passé. Il se décompose dans le corps en acide formique et en formaldehyde, tous deux toxiques. La formaldehyde est un neurotoxique mortel. Le méthanol est « à considérer comme un poison cumulatif en raison de son taux très faibles d’excrétion une fois absorbé » (EPA).

-          La formaldehyde est un carcinogène (agent favorisant le cancer) connu, qui provoque des dégâts rétiniens, interfère avec la duplication de l’ADN et provoque des mort-nés.

-          La dikétopiperazine (DKP) est un produit secondaire issu de la métabolisation de l’aspartame. La DKP est impliqué dans la formation de tumeurs cancéreuses au cerveau. Le Dr Olney a été le premier à découvrir qu’une fois nitrosée dans les intestins, la DKP produisait un composé similaire au N-nitrosourea, un agent chimique facteur de tumeur au cerveau. La DKP se forme dans les produits liquides contenant de l’aspartame stockés pendant de longues périodes (les sodas ‘sans sucre’ me viennent immédiatement à l’esprit).

-          La DKP est impliquée dans les polypes utérins et certains changements dans le cholestérol sanguin (Dr Jacqueline Verrett, toxicologue de la FDA, lors d’un témoignage devant le Sénat américain)

Les produits contenant de l’aspartame
La liste est trop longue, mais voici quelques pistes parmi les 6000 produits concernés:
les sodas, tous les produits allégés ‘sans sucre’, les chips (exhausteur de goût), les plats préparés (Marie, etc.), yoghourts, produits de régime, suppléments vitaminés, arômes artificiels, huile végétale hydrogénée, soupes en sachets, bâtonnets de crabe/surimi, produits surgelés, céréales, sucreries, chewing-gum (y compris ceux recommandés par l’ordre des dentistes !), une grande quantité de médicaments, etc.

L’aspartame est signalé sur les emballages sous son appellation E 951

Manifestations cliniques
On dénombre une centaine de symptômes qui peuvent être liés à la consommation régulière de l'additif aspartame. Je vous en présente ici un court échantillon.
Reconnus par la FDA (USA) :
  • Maux de tête & migraines
  • Nausées
  • Douleurs abdominales
  • Insomnie
  • Fatigue chronique (bloque l'arrivée du glucose au cerveau)
  • Dépression
  • Asthme
  • Diarrhée
Auxquels on peut rajouter les résultats des recherches scientifiques indépendantes :
  • Multiple sclerosis (MS)
  • Pertes de mémoire (très fréquent)
  • Perte d’audition  
  • Epilepsie  
  • Maladie de Parkinson 
  • Alzheimer
  • Hypoglycémie
  • Maladie de Lyme
  • Diabète et complications diabétiques
  • Lupus
  • Arthrite
  • Démence
  • Désordres neuroendocriniens  
  • Lésions du cerveau  
  • Tumeurs cancéreuses

Que faire pour limiter les risques
La première chose à faire est de limiter les produits alimentaires mentionnés plus haut. Consommez des produits frais (de préférence bio), et si vous ne cuisinez pas déjà, vous allez constater que préparer soi-même ses repas peut être une grande source de joie et, cerise sur le gâteau, une agréable façon de souder les membres de la famille.
Comme nous avons tous ingurgité une certaine quantité d'additifs chimiques alimentaires, je recommande fortement de pratiquer une méthode de détoxification naturelle. La meilleure méthode que je connaisse, 100% naturelle, reste le Qi Gong Médical du système Wong; en dehors d'éliminer les toxines emprisonnées dans le corps, cette méthode prévient également le cancer, les accidents cardiaques et le déclin du système immunitaire. Si vous n'êtes pas déjà élève de l'Institut Anicca, vous pouvez consulter les prochains stages et formations ici.


Pourquoi l'aspartame est toujours en vente
Les enjeux économiques sont tels (aussi importants que le pétrole) que la populace est maintenue dans une ignorance savamment orchestré par un marketing d’une redoutable efficacité. Les institutions toute puissantes comme la FDA (Food & Drug Administration, USA) discréditent les scientifiques indépendants par un ensemble de subterfuges (rapports scientifiques orientés, ‘oublis’ de rapports problématiques, etc.) et ils achètent le silence des autres : des membres influents de la FDA comme Arthur Hull Hayes se voient subitement proposés des postes de ‘relation publique’ à 1.000 $ par jour –vous avez bien lu- dans la compagnie G.D Searle, responsable  de la production … de l’aspartame. Curieusement pour un responsable des relations publiques, il a refusé toutes les interviews sur le sujet.
Quant à la force financière des groupes agro-industriels, elle peut remodeler l’inconscient du consommateur grâce à un martelage marketing et lui fait croire que cet additif est inoffensif. « La croyance de l’inoffensivité des additifs alimentaires tels que l’aspartame n’est fondé dans aucune réalité, mais bel et bien une tromperie parfaitement orchestrée » (Dr Mercola)
Les études sérieuses sont nombreuses, je laisse donc aux amateurs le plaisir de la recherche. Je terminerai par un extrait suivant:
Rapport Grist
"Dans un rapport de 1996, Ralph G. Walton examina 166 études révisés sur l'aspartame entreprises entre 1980 et 1985. Il découvrit que les 74 études fournies par l'industrie agroalimentaire ne trouvait aucun effet secondaire à l'aspartame, alors que 84 des 92 articles scientifiques indépendantes (soit 91,30% -NDT) démontraient des effets néfastes"
Le Dr Gross, toxicologue au FDA, a été "absolument choqué" par les recherches du neurochirurgien le Dr Russel Blaylock, qui démontrent "une énorme augmentation du nombre des tumeurs, en particulier des tumeurs au cerveau." Et le Dr Blaylock de conclure "et c'est exactement ce que nous constatons aujourd'hui avec l'augmentation des tumeurs au cerveau, ce qui reste inexpliqué par la profession des neurologues".

Si ces informations vous aident à faire des choix toujours plus corrects dans la vie, alors l'un des objectifs majeurs de l'Institut Anicca -vous aider à améliorer votre santé- est parfaitement rempli,

Chaleureusement,

Maxime Citerne


Tous droits réservés pour tous pays © Maxime Citerne 2011. Aucune reproduction ou utilisation sous aucune forme que ce soit sans l'autorisation écrite de l'auteur.